Interview : Møme nous parle de 'Sail Away' | DJMAG France - Suisse - Belgique

'Sail Away' marque le retour en force du producteur français Møme, avec à la clé de nouveaux horizons artistiques...

Depuis ‘Aloha’, son premier succès planétaire, le producteur français Møme fait partie des valeurs sûres de notre scène électronique hexagonale. Infatigable voyageur, il aime contempler le monde et s’inspirer des paysages les plus sauvages pour créer ses morceaux. A une semaine de la sortie de son nouvel EP ‘Moments II’, Møme dévoile ce jour le clip vidéo de ‘Sail Away’, son nouveau single déjà playlisté à gogo par toutes les plateformes de streaming. Réalisé par Aube Perry, qui s’est récemment distinguée au service d’Angèle, le clip est centré sur un policier américain en détresse. Plus globalement, ce nouveau track voit son auteur sortir de sa zone de confort, alors on a cherché à en savoir plus… Interview !


Il n’y a pas vraiment de limites quand on aime jouer avec toutes les textures de sons...


On sait que tu as une âme de globetrotter. Les voyages sont-ils toujours ta première source d’inspiration ?

Les voyages font partie intégrante du projet Møme, en effet. C'est une source d'inspiration énorme au même titre que les artistes avec qui je collabore. Et pour ‘Sail Away’ mon dernier morceau, c'est Ricky Ducati qui chante sur le titre, qui m'a poussé à retourner à Los Angeles. Il vit là-bas depuis plusieurs années et j'ai eu la chance de lui rendre visite deux fois cette année pour cette collaboration. Cela tombait hyper bien, j'étais déjà dans le pays, en tournée sur la Côte Ouest pour présenter mon live Panorama

Quelle partie du globe est la mieux adaptée à ta musicalité ? 

Je peux prendre de l'inspiration à peu près partout. J'ai autant aimé l'Australie et sa chill wave il y a 3 ans pour mon premier album, que Bali et ses sonorités pour mon deux-titres Møment I. Dans mon Live, j'ai aussi beaucoup de sonorités africaines et il n'est pas impossible que je partage très bientôt de nouveaux sons plus orientaux. Il n’y a pas vraiment de limites quand on aime jouer avec toutes les textures de sons, toutes les ambiances. 

Ce concept de chapitres me permet de dévoiler progressivement mes nouvelles influences…

Ce nouveau single ‘Sail Away’ marque un tournant dans ton identité artistique, avec quelque chose de moins « tropical » que par le passé. Décris-nous un peu comment tu as conçu ce track…

J'ai rencontré Ricky Ducati il y a environ 3 ans pour la chanson ‘Alive’, sortie sur mon premier album. Il est venu à Paris et il y a immédiatement eu un feeling musical entre nous. Je n'avais pas encore en tête de retravailler avec lui, mais en passant par Los Angeles en Février dernier, on a mangé un bout, parlé musique et quelques semaines plus tard, j'ai reçu la mélodie de ‘Sail Away’. Le tournant vient du fait que c'est un morceau plus triste, nostalgique même. Je ne me voyais pas rajouter quelque chose de trop solaire ou mettre en avant les mêmes voix pitchées un peu trop entendues… Quitte à étonner un peu. Tout est donc parti des influences de Ricky, de ses idées, puis j'ai travaillé tout autour pour apporter ma patte, mes instruments et harmonies. Je suis fier de ce morceau et je n'ai pas non plus eu l'impression de faire trop de concessions sur mon style.

Avec ces nappes et ce beat un peu rétro, c’est une sorte de clin d’oeil à la french-touch aussi, non ? 

En effet ! J'ai toujours aimé la french-touch, j'en écoute encore beaucoup. Ricky Ducati a un univers assez rétro et c'est peut-être lui et sa voix qui m'ont donné envie de partir là-dedans, d’obtenir un son chaud, tout en étant HD ! J'ai testé ‘Sail Away’ quelques fois en Live cette année, généralement en rappel à la fin des concerts, et j'ai très vite senti que le morceau plaisait, que ça détonait et que les fans me demandaient souvent où le retrouver.

Il n'est pas impossible que je partage très bientôt de nouveaux sons plus orientaux.

Le clip vidéo tourne autour d’un policier en détresse. Pourquoi ? 

Les paroles sont assez tristes. Elles font référence à un homme qui vit sa dépression, qui ne va pas bien et qui le dit. Ce policier, c'est quelqu'un qui malgré son uniforme, l'image qu'on attend de lui, son rôle, craque. Il fond en larmes, se retrouve seul et la prison qui l'entoure marque une forme d'isolement, comme s’il était prisonnier dans sa tête aussi. C’est un clip triste et touchant, il ne fallait surtout pas que l'image trahisse le texte.

Depuis sa mise en ligne sur les plateformes, ‘Sail Away’ affole les compteurs… Vu la prise de risque, tu t’attendais à un tel accueil ?

Oui et non ! Comme je le disais, j’ai testé ‘Sail Away’ au cours de ma dernière tournée. Je le jouais avant de quitter la scène et les gens ont vite montré un intérêt tout particulier pour ce track. C'est ce qui m’a donné envie de le sortir comme single. Après, la tendance actuelle étant très fortement drivée par la musique urbaine et la musique française, il est toujours dur de prévoir le lancement d'un titre électro dans ce genre de contexte. Mais je suis bien entouré, mes équipes sont à fond et le relais fans / pro est vraiment cool !

Ce single est-il annonciateur d’un deuxième album studio ?

Exact ! Møment I était déjà le premier chapitre annonciateur de mon prochain album. Avec Møment II, on se rapproche dangereusement de mes dernières sessions studio. Il y a aura peut-être (sûrement) un Møment III avant l'album, puis l'album… Ce concept de chapitres me permet de dévoiler progressivement mes nouvelles influences, de rattacher des titres et leurs lieux d'origines/d'inspiration et de filmer des Live sessions autour du monde. Le deuxième titre du maxi qui sort le 14 décembre est plus Electro, enregistré à Los Angeles lui aussi. Vous n'avez pas encore tout entendu ! 

Møme 'Moments II' (Mercury/Universal) - Disponible le 14/12/2018

Articles en relation

Vidéos en relation

Commentaires